Les Ateliers du Lab

Le Lab organise 4 ateliers par an, un par saison. 3 ont lieu à Paris et un pendant le Festival de Cinéma Européen des Arcs en décembre.

Qui sont les participants ?

Chaque atelier réunit entre 10 et 30 participants. Parce que nous croyons que la diversité crée de la richesse, le casting des ateliers est systématiquement pluriel.

Notre intention est donc de faire échanger sur le thème de la place des femmes dans le cinéma, toujours avec l’axe particulier des réalisatrices (qui concerne tout le monde) :

Des réalisatrices, des réalisateurs,

  • Des actrices, des acteurs,
  • Des productrices, des producteurs,
  • Des distributrices, des distributeurs, des exploitant(e)s
  • Des scénaristes,
  • Des métiers dits « techniques »,
  • Des institutionnel(le)s du cinéma,

Et des représentant(e)s des organismes professionnels et syndicats

Il y a toujours des femmes et des hommes.

Beaucoup de français(e)s, mais toujours des participant(e)s venant d’autres pays européens, (voire d’ailleurs).

Des personnalités confirmées et des talents émergents.

Compte-rendus des ateliers

Comment se déroule un atelier ?

Chaque atelier est animé par un ou deux coachs, en charge du processus.

Le coach crée les conditions et le cadre pour que chaque atelier soit orienté sur la recherche d’idées et d’actions à mettre en œuvre par la suite.

Ca peut faire un peu peur de se dire qu’on va participer à un atelier avec un coach, et pourtant, de l’avis unanime de ceux qui y ont déjà participé, c’est à la fois confortable et ludique, on n’a qu’à se laisser guider et on se retrouve souvent surpris par la richesse de ce qui en ressort.

Dans le cas d’ateliers en groupe limité, on commence généralement par un moment où chacun exprime son vécu sur le sujet. Certains vont dans le registre des opinions, d’autres des émotions, d’autres enfin partagent une expérience qui les a marqués. Le temps de parole de chacun est le même, et limité. Puis dans un deuxième temps, la boîte à idées est agitée. On travaille seul ou à plusieurs, pour essayer d’être créatif et constructif.

Dans le cas d’atelier en plus grands groupes, des processus créatifs sont proposés pour faciliter un dialogue constructif.

Les sujets traités sont choisis par les participants, l’idée est de favoriser leur émergence. Plusieurs tables sont installées, chaque table porte un sujet. Les participants circulent librement entre les tables.

Chacun va suivre ses envies et intérêts pour contribuer comme il le souhaite à un ou plusieurs ateliers. C’est ludique et très efficace pour faire émerger des idées.

Comment se termine chaque atelier ?

Chaque atelier, en petit ou grand groupe, se termine par un moment de convivialité, le plus souvent un déjeuner. C’est important de prendre le temps de debriefer, de mieux se connaître, c’est aussi un des objectifs du Lab : créer un réseau informel et soudé de personnes intéressées par les questions du genre dans le cinéma.

Un compte-rendu de l’atelier est systématiquement produit et diffusé à l’ensemble des participants. Les idées ayant émergées pendant l’atelier donnent lieu à des propositions d’actions concrètes qu’il s’agit de mettre en œuvre. Elles apparaissent sur le site du Lab.

Existe-t-il une règle de confidentialité sur les propos tenus dans le cadre du Lab ?

Oui bien sûr ! Nous utilisons la règle dite de Chatham House, du nom d’un célèbre think tank britannique.

Cette règle est utilisée pour réglementer la confidentialité des informations échangées lors d’une réunion. Son principe est le suivant : quand une réunion se déroule sous la règle de Chatham House, les participants sont libres d’utiliser les informations collectées à cette occasion, mais ils ne doivent révéler ni l’identité, ni l’affiliation des personnes à l’origine de ces informations. Cela permet une plus grande liberté de parole et des prises de positions plus fortes.

La liste des participants aux ateliers est en revanche publique, dans le but d’indiquer la diversité et la qualité des personnes présentes et donner de la valeur aux idées émises.

Comment le Lab communique-t-il ?

Le Lab communique essentiellement au travers de son site internet et de ses liens vers les réseaux sociaux.

Le Lab publie les idées qui ressortent de chaque atelier. Ces idées sont librement partageables sur les réseaux sociaux, dans la presse, pour des études, comme base d’action…

Le Lab propose à certains participants, après les ateliers, de répondre à des interviews qui, elles, ont vocation à être publiques. Des vidéos sont ensuite montées et partagées, notamment sur le site de notre partenaire « Elle ». Car le Lab, c’est aussi un outil de communication et de sensibilisation sur le thème de la place des femmes dans le cinéma.

Une des spécificités de la communication du Lab, c’est la fameuse « question du bonnet ». On met dans un bonnet des questions simples et courtes, qui interrogent sur le thème des femmes en général et de la place des femmes dans le cinéma en particulier. Les participants aux ateliers qui le souhaitent répondent à la question devant une caméra. C’est ludique et ça en dit souvent long sur la personnalité de chacun et son rapport à notre sujet.

Le Lab ayant enfin vocation à faire « bouger les lignes », les idées qui sortent des ateliers ont vocation à être expérimentées et aussi à être communiquées aux pouvoirs publics et toute autre instance dirigeante, dans les métiers du cinéma. Le Lab a donc bien, in fine, une dimension de lobbying, pour que les idées qui en sortent aujourd’hui deviennent les actions de demain.

Un suivi de ces actions sera fait dans notre observatoire et nous invitons toutes les personnes ou organisations engagées sur ce sujet à nous faire parvenir leurs expériences et leurs observations.